Rétro dès 2016

*******************************************

En août 1912, dans la Rade de Genève se déroule le 1er meeting d’hydravions de Suisse et le 2ème du monde. Un seul pilote suisse, René Grandjean, et 3 français s’affrontent 2 jours durant. La météo perturbe la 2ème journée du concours où Grandjean est le seul à savoir appréhender la Bise. Toutefois c’est un succès populaire une grande manifestation publique qui s’étire sur 4 jour. C’est aussi la 1ère fois que des aéroplanes emportent un passager dans le canton, passager qui ne soit pas un élève pilote.arton147

***************************************

Régate des vieux bateaux 1995

Régate des vieux bateaux 1995

*************************************

Les grands bateaux du lac Léman

Sur le lac Léman, sur ses rives si intimement liées entre elles bien qu’elles relèvent de souverainetés diverses – Suisse – Genève – Vaud – Valais et bien sûr la France, règne une tranquille harmonie qui paraît résulter d’abord de la splendeur des paysages et le profonde admiration dont on est saisi à les contempler.

Dans cette ambiance bénie, les bateaux vont butinant les rivages comme les abeilles, les fleurs, fécondant les stations les unes aux autres, offrant partout le joli voyage dans l’azur, la détente délicieuse, la rencontre aimable.

L’histoire des services publics de navigation sur le lac doit donc être bien simple. Elle n’est cependant pas dépourvue d’incidents. Elle a d’ailleurs du charme en ce qu’elle rappelle des sites enchanteurs, des moments vécus infiniment précieux dans le souvenir entre les ponts de Genève et les murs de Chillon, les jardins d’Ouchy et le petit quai d’Amphion, les hauts rochers de Meillerie et le château de Coppet.

C’est à l’intention du lecteur conquis par ce cadre immuablement beau que nous retraçons ici les circonstances des transports publics de navigation sur le Léman.

La Compagnie Générale de Navigation sur le lac Léman a été fondée en 1873

En 1885 fut fondée la Société veveysanne de navigation.

P1100125P1100129P110013620170405_135430P1100127P1100130P1100134P110013320170407_105728P110013120170407_105809P1100126P1100132

******************************************************
Régate des vieux bateaux 1995

***********************************************

20170116_151223

La pêche et l’utilisation industrielle du requin   environ 1930

La chasse et la pêche des gros animaux marins tels que les baleines et les cachalots ont été pratiqué de tous temps surtout pour l’extraction de l’huile, employée à divers usages industriels et alimentaires. Elles on donné lieu à des entreprises de grande envergure, nécessitant de gros capitaux. Elles sont pratiquées surtout par les norvégiens qui sont passés maîtres en la matière.

Les animaux de tailles plus réduites tels que ceux de la famille des requins n’ont donné lieu qu’à des exploitations locales surtout dans les eaux chaudes où les pêcheurs indigènes utilisent non seulement l’huile pour divers usages mais aussi les nageoires et la viande comestible.

Au cour de la dernière guerre, la consommation formidable de cuirs de toutes sortes a obligé les tanneurs à rechercher de nouvelles sources de matières premières. Leur attention s’est portée sur les peaux de poissons et en particulier les peaux de requins et similaires. Des procédés de tannage spéciaux de ces peaux d’une façon parfaite utilisable dans l’industrie.

De par son utilisation intégrale, le requin est devenu un animal que l’on compare à juste titre au cochon.

…. Le requin est répandu dans toutes les mers du globe mais particulièrement dans les eaux chaudes du Mexique, canal de Floride, Antilles, etc.

… En ce qui concerne la quantité des individus, elle est innombrable et sa diminution n’est pas à redouter car une femelle requin porte en moyenne 55 à 65 petits, la race n’est donc pas en train de s’éteindre.

… La pêche a surtout été pratiquée au moyen de crochets ou hameçons appropriés, prolongés par une longueur de 1 mètre environ de chaîne et d’un câble solide et appâtés d’un morceau de viande ou de poisson. Vu sa voracité, l’animal se prend facilement à tout appât.

Les divers produits utilisés sont les suivants :

La peau – l’huile du foie – les ailerons – la viande comestible – la viande non comestible – l’ossature – l’estomac et l’intestin – le suc pancréatique.

Dans le requin, nous l’avons dit, rien n’est perdu et l’on vient de voir que sa comparaison avec le porc est justifié.                        JACQUIN   capitaine au long cours

***************************************

Une délégation intérimaire de la gazette a eu l’opportunité de croiser un membre d’une saga dont la célébrité a été reconnue dans le monde lacustre.
Il nous a confié un album de photographies relatant l’histoire, que dis-je, l’aventure de deux bateaux d’exception qui ont largement fait parler d’eux pendant plusieurs années.
Nous avons choisi les documents qui nous paraissaient les plus intéressants pour ceux qui aiment les bateaux et qui admirent l’habilité des ces autres qui sont capables de modifier, de transformer un bateau pour en améliorer les performances.
Vu la compétence particulièrement limitée de l’auteur, la chronologie des faits n’est probablement pas bien respectée !

Quelques dates – repères : Exo 7 1982, bateau bleu
Coupé en 1991
Coulé en 1992
Ressorti de l’eau A St Prex en 1996
Nouveau bateau venu d’Allemagne 14m20 vert 1994

p1090743

Après 500 km de voyage, arrivée sous la neige

p1090830p1090766p1090735p1090748p1090737p1090726p1090785p1090810p1090732p1090833p1090784p1090812p1090805p1090793p1090733p1090787p1090775p1090752p1090778p1090808p1090757p1090826p1090724

p1090728

été 1996

p1090834p1090740p1090821p1090756p1090762p1090731p1090813

p1090755

lourd lest

p1090790p1090738p1090764p1090758p1090768p1090836p1090776p1090725p1090745p1090770

p1090777

mise à l’eau avril 1994

p1090792

renflouage

p1090797

renflouage 1996

p1090744

p1090835

Régate des vieux bateaux 1997

p1090795

renflouage 1996

p1090819p1090827p1090747p1090763

p1090789

renflouage 1996

p1090814p1090749p1090767p1090802p1090807p1090772p1090791p1090831

p1090739

championnat de la tour 1995

p1090734p1090783

p1090742

départ de Münich février 1994

p1090780

20 ème régate des vieux bateaux 1995

p1090741

Départ de münich 1994

p1090806p1090816p1090736p1090723p1090773p1090804p1090829p1090823p1090727p1090825p1090759p1090761p1090818p1090754p1090771p1090750p1090746p1090801p1090820p1090751p1090722p1090817p1090729p1090765p1090753p1090796p1090786p1090721p1090760p1090809p1090798p1090828p1090800p1090779

p1090832

Jazz trophy 1998

p1090782

20ème régate des vieux bateaux 1995

p1090822p1090815p1090730p1090799

p1090788

Le bateau pique du nez, on refait le lest

p1090794p1090824p1090803p1090781p1090769p1090811p1090837

***********************

Guadeloupe 2010

**********************************************
p1090218
****************************************
Bernard Moitessier 1925 – 1994
Cap Horn à la voile 14 000 milles sans escale

1925 – 1994. Depuis sa tendre enfance, il acquit cet amour de la mer qui détermina toute sa vie. En 1966, avec sa femme, il a doublé le Cap Horn à la voile en reliant sans escale Tahiti à l’Europe, puis il entreprit le tour du monde en solitaire.

 Le vagabond des mers du Sud possède enfin un nouveau bateau le Joshua. Il décide d’offrir à sa femme le plus merveilleux des voyages de noce : L’Atlantique par les Alizés, les criques désertes des Galapagos, les atolls lumineux des Tuamotu.

 

La gazette a copié un chapitre de son livre, histoire de savoir réellement ce qu’est un coup de vent.

« … Vers minuit, c’est le coup de vent de nord-ouest. Nous sommes parés pour le recevoir. Du moins, je le croyais.
… Tous les cordages devant être utilisés bien lovés, bien en ordre dans la cabine arrière. J’avais cassé à coup de masse des gueuses en fonte percées d’un trou à chaque extrémité et une estrope y avait été frappée. Ces gueuses maniables, pesant chacune une vingtaine de kilos, étaient rangées sous le plancher de la cabine arrière, contre le pied du mât d’artimon, je les avais même peintes pour qu’elles restent propres et que tout soit net à bord car il est mauvais qu’un bateau se néglige sous prétexte de mauvais temps. Ces gueuses devaient lester les cordages traînés sur l’arrière pour freiner Joshua au maximum par mauvais temps.
… Et maintenant je voyais monter la colère de la mer. Mais nous étions prêts, du moins, je le croyais.

Vers 6 heures du matin, le 14 décembre, nous courons vent arrière à sec de toile sous un véritable coup de vent. Le petit foc rentré dans la cabine, le panneau avant bouclé par une manille afin qu’il ne puisse pas s’ouvrir. Trinquette, grand voile et artimon sont roulés « en cigarette » ferlés très serré sur les bômes.
… Il est impossible d’estimer notre vitesse car la mer est blanche d’une écume qui court sur l’avant, donnant l’illusion que Joshua recule au lieu d’avancer.
… Je tiens la roue face à l’arrière depuis une dizaine d’heures, il fait nuit, mais une nuit claire malgré le ciel bouché et l’absence de lune car la mer, extrêmement phosphorescente permet de voir arriver les rouleaux de très loin.

… Le cockpit central auto-videur ne désemplit pas pendant de longues périodes et, sitôt vide, il est de nouveau plein à ras bord.
Joshua est de plus en plus difficile à maintenir mer de l’arrière car le freinage des aussières le rend moins manoeuvrant à mesure que la mer gonfle. Les embardées se multiplient malgré la « barre toute » sur un bord, Et ce que je craignais vaguement finit par se produire, mais c’était ma faute, car mon attention avait dû se relâcher un peu après une quinzaine d’heures à la barre : Déporté par une lame, Joshua se met en travers et quand la déferlante arrive, c’est trop tard. Une cataracte d’eau glacée me dégouline dans le cou, suivie d’une gîte rapide s’accentuant implacablement.
… Cascade d’objets dévalant à travers la cabine … trois ou quatre secondes… et Joshua se redresse.
…Le bateau présente exactement l’arrière à une lame rapide, bien recourbée mais pas grosse, sur le point de déferler …
… L’arrière se soulève, comme d’habitude et, dans une brusque accélération, sans la moindre gîte, Joshua se plante dans la mer sous un angle d’une trentaine de degrés, jusqu’à l’amorce du roof. La moitié du bateau sous l’eau.

PS : «  On affirme souvent qu’une femme à bord porte malheur. C’est peut-être vrai pour celles des autres mais ma Françoise est la merveille des merveilles.

La gazette a cru bon d’ajouter ce paragraphe à l’intention des mysogines !

*********************** 

Quelques instantanés d’un temps passé !

************************

Il était une fois …

Un port sans histoires, un lieu où cohabitaient canards, cygnes et navigateurs dans une harmonie étale et sécurisante.
En somme, un port sans histoire s… ou presque !

Acte 1

Acte 2

Mais l’homme est ainsi fait qu’il n’est jamais content de ce qu’il a :
Après avoir décidé de construire une grue…
… On décide celle d’ un club – house !
On mandate alors Gérard, un architecte prestigieux et bien noté qui exécute de fabuleux  plans:

p1080789

 

Acte 3

Puis on se met à l’ouvrage !

 

… Sauf que … Un plan mis à l’enquête et accepté se doit d’être respecté, pas de fantaisie  or le toit proposé sembla au dernier moment ne pas plaire au professionnel. ” Et si on surélevait un peu le toit !” Ben voyons ! Pourquoi pas !

Acte 4

Non de nom, Non ! Pas d’architecte fantaisiste et rêveur !

 

Acte 5 et dernier :

Tout est remis propre en ordre, les canards, les cygnes et les navigateurs cohabitent à nouveau dans un port enrichi d’un magnifique club house qui fête environ 45 ans de plaisir :

 

p1080827

 

 

**************************

Voici un texte relatant une traversée dramatique. On oublie parfois ce que la mer déchaînée peut provoquer 

Mardi 7 avril 1998
Voile Naufrage au cours de      «la traversée de l’Atlantique»
Une vague nous a pris et nous a retournés à une vitesse incroyable, on ne s’est même pas rendu compte et on était déjà à l’envers, le mât explosé, a raconté lundi soir à Lorient le navigateur italien Giovanni Soldini, skipper du voilier «Fila» qui s’est retourné dans la nuit de jeudi à vendredi entraînant la disparition en mer d’un homme d’équipage. Arrivé peu après 20 heures à Kernevel, port de plaisance de Lorient, le skipper a souligné, après avoir été entendu par la gendarmerie maritime, que le chavirage était intervenu après avoir essuyé la veille, à quelque 500 milles de la pointe de Bretagne, une «grosse dépression» avec des rafales de vent à 85noeuds. On naviguait en faisant des quarts à deux dehors, un barrait tandis que l’autre regardait les vagues , a-t-il dit entouré de deux autres hommes d’équipage du «Fila», l’Italien Guido Broggi et le Français Bruno Laurent. La nuit du chavirage, le vent était tombé, et les déferlantes deviennent alors plus dangereuses parce qu’il n’y a plus les rafales de vent qui viennent les casser , a souligné Soldini. Vendredi dernier, peu avant 1 heure, Andrea Tarlarini et Andrea Romanelli sont tous les deux de quart, avec leur harnais attaché, lorsque la vague meurtrière atteint le bateau. Tarlarini arrive à nager 5 mètres vers l’arrière du bateau et réussit à s’y glisser par une trappe spécialement aménagée. Romanelli, lui, on ne l’a jamais plus vu, explique le skipper.
Les navigateurs, qui avaient beaucoup pensé au problème de renversement du bateau, n’avaient pas prévu les difficultés liées à un retournement de nuit quand on ne voit rien, qu’on se retrouve avec le bateau sur la tête, qu’il y a des vagues énormes. «Fila» est revenu à l’endroit vers 1 heure du matin, une quinzaine de minutes après le chavirage.
Le monocoque avait quitté New York le 26 mars dernier pour tenter de battre le record de traversée de l’Atlantique d’Ouest en Est (11 j., 13 h 22 mn 5 s). Avant le chavirage, «Fila» possédait près de 3 jours d’avance sur ce record établi par le voilier suédois «Nicorette».

***************************

Les douanes d’alors …

L’histoire des barques

*******************************************************
Quelques reproductions d’un temps passé !

 

 

*********************************************************
Pierre Lambert alias Pierrot de Sciez nous a envoyé cette affiche ! Joli !

IMG_2790

************************************

P1030349

P1030369

P1030361

P1030356

P1030362

P1030351

P1030348