DE L’EROSION à L’ECLOSION

Ici, vous pourrez  apprécier le résumé d’un petit livre très intéressant :

Le cycle de l’eau

Le soleil chauffe l’eau de mer, libérant de la vapeur qui, petit à petit, forme des nuages que les vents poussent vers le continent.
Ces nuages vont déverser de la pluie. De la grêle ou de la neige en plaine comme en montagne.

Dès qu’elle entre en contact avec la terre, l’eau ruisselle et prend la direction de la mer.

L’eau tombée en montagne deviendra torrent, les torrents rejoindront les rivières, les rivières formeront des fleuves qui se déverseront dans la mer.

L’eau peut pénétrer dans la terre et ressortira sous forme de source, parfois à des kilomètres de distance.

L’eau est la vie. Dans le désert, le manque d’eau rend la vie difficile.

Lors de son parcours sur terre, l’eau est une force et un moyen de locomotion, elle transporte une quantité impressionnante de matériaux, végétaux et minéraux.

p1080380

Cassure de la pierre

 En été, sous l’effet de la chaleur des rayons du soleil, des rochers peuvent se fissurer.

Certaines fentes ressemblent à des petites crevasses. L’eau de pluie s’accumule dans ces fissures.

Sous l’effet du gel, l’eau se dilate et fait éclater les rochers en morceaux.

A la fonte des neiges, certains de ces débris rocheux quittent la montagne sous l’effet des pluies et des orages.

Les torrents puis les rivières les transporteront jusque dans les lacs

p1080381

Du rocher au galet

Dans les chutes d’eau des torrents, les roches se précipitent les unes contre les autres. Sous l’effet de ces chocs successifs, elles se cassent e plusieurs morceaux, s’arrondissent, se polissent, se transforment en galets, graviers, sable, limons et sédiments.

Au fil du temps, des grèves de galets se sont formées au bord des lacs.

Au fil du temps également, des grèves de sable appelées plages se sont formées au bord des mers.

Le sable, matériaux plus petit et plus léger qu’un galet peut parcourir de longues distances.

Les grèves formées par tous ces matériaux maintiennent une biodiversité variée et interdépendante.p1080382

L’érosion des montagnes

 Année après année, les montagnes sont soumises à l’érosion. Elles deviennent plus petites.

C’est ainsi qu’un lac du temps de la préhistoire a été comblé par les alluvions. Il se transforme en une plaine parcourue par une rivière. Cette rivière transporte les alluvions et vient combler un nouveau lac.

Le temps passe et les cours d’eau chargés de galets, graviers, sable, limons et sédiments continuent inexorablement leur travail de comblement.

p1080384

Types de galets

 On peut distinguer trois types de galets.

Les galets sédentaires : Ils forment le lit et les bords de la rivière, ils protègent les grèves des vents dominants. Ils sont trop lourds pour être déplacés par les vagues.

Les galets nomades : Ils ont transportés facilement jusqu’aux embouchures des rivières. Les vagues, grâce à l’énergie qui les anime, séparent les galets nomades des sédentaires et les emmèneront sur la grève, à l’air libre ou sous l’eau, ils renatureront des lieux de fraye à différentes profondeurs.

Les galets va-et-vient : Comme leur nom l’indique, ils se laissent aller suivant le vent dominant, ils s’accumulent à gauche de la grève par grand vent venant de l’ouest et à droite par vent d’est.

 

p1080385

 

Effet des vagues sur une grève

 L’énergie du vent crée des vagues et ces vagues accumulent une grande force. Plus le vent est fort, plus, plus les vagues sont puissantes.

Les vagues se jettent à l’assaut de la grève qui amortit leur violence protégeant ainsi le rivage.

On peut affirmer que la grève est un véritable trait d’union entre l’eau et la terre

De nouveaux galets sont précipités sur la grève. Des galets va-et-vient sont déplacés. Une partie de l’eau de la vague reflue dans le lac, amortissant la vague suivante, une autre partie s’infiltre sous la surface de la grève.

p1080386

Rôle des galets

 Les galets se nettoient entre eux dans le roulis des vagues durant la tempête

Ils se débarrassent des algues et coquillages qui s’accrochent à leur surface. Ils broient les matières organiques qui se transforment en nourriture pour le plancton, maillon indispensable au développement de la faune lacustre.

Eparpillés à diverses profondeurs, les galets renaturent les endroits de fraye, convenant à chaque espèce piscicole.

P1080387.jpg

Construction

 Une très grande quantité de matériaux pierreux descendus des montagnes se retrouve dans le lac aux embouchures des rivières.

C’est aux alentours de 1900 que le béton armé  devient un matériau très prisé pour la construction de murs, de pont, de routes et de maisons.

Le béton armé est formé entre autre d’une grande quantité de galets et de sable qu’il suffisait de ramasser dans le lac.

C’est ainsi que les grèves ont petit à petit disparu.

P1080388.jpg

Urbanisation

 Sous la pression démographique et le développement touristique, une grande partie des grèves ont été recouvertes de matériaux de remblais.

Des quais, des murs de protection, des digues et des ports ont été bâtis sur les bords du lac. Et ceci surtout depuis l’utilisation du béton, une grande quantité d’enrochements a également été érigée en remplacement des grèves.

Il ne reste plus que 3% des grèves naturelles autour du Léman, 70% sont urbanisées, le reste semi-naturel

P1080389.jpg

 

Lieux de fraye des poissons

 Les vagues et es courants distribuent les alluvions à différentes profondeurs. Ainsi se créent des zones de fraye  formées de galets, gravier, sable et limon.

Dans ces zones vivent et se reproduisent également des organismes plus petits tels que les larves, vers, gammares et bien d’autres, qui eux-mêmes se nourrissent de plancton et de débris de végétaux.

Ces micro-organismes permettent le développement de la faune piscicole

P1080390.jpg